lundi 20 février 2017

Capitaine Nemo 🐠⚓️

Le weekend dernier, à la mi-février, je suis partie le temps de deux petits jours à Marseille retrouver mon amie Elisa. Cela faisait presque deux ans et demis que je n'étais pas retournée dans le sud, et je dois dire que cela me manquait pas mal, particulièrement en cette période hivernale. Alors quand Elisa m'a proposé de la rejoindre dans la cité phocéenne, je n'ai pas trop hésité avant de réserver mes billets de train.
Et comme vous vous en doutez sûrement, nous en avons profité pour shooté un look. Car dès que j'ai su que j'allais retourner à Marseille, je n'ai pas mit bien longtemps avant de sauter sur l'occasion pour vous présenter ma marinière Saint James x Disneyland : quel meilleur endroit que le Vieux-Port avec ses bateaux pour le faire ?


Ce n'est plus un secret, tout le monde le sait, j'adore les marinières et je suis inlassablement toujours attirées par des vêtements avec des rayures (en témoigne ces récents OOTD ici et ici). Alors quand cet été j'ai appris que Disneyland Paris s'était associé à Saint-James pour créer des marinières inspirées du Monde de Nemo, je n'ai pas bien mis longtemps avant d'en tomber amoureuse (surtout que Nemo fait parti de mes Pixar préférés). Malheureusement, mon porte monnaie ne pouvait pas vraiment assumer ce coup de foudre. Depuis août, j'espérais donc du plus profond de mon coeur que les soldes me permettraient de m'offrir cette marinière qui, comme l'iceberg dans Titanic, avait fait chavirer mon coeur (point blague de marin).

Quelle ne fut pas ma joie lorsque je me suis rendue à Disneyland en janvier avec Clémentine et Elisa et que je les ai vu au rayon soldes ! Et pourtant au début, malgré la promotion cela me faisais encore un peu cher et puis je me suis subitement souvenue de la réduction supplémentaire dont je bénéficiais grâce à mon passeport annuel Disney. Je n'ai donc pas longtemps hésité, surtout que Saint-James est une marque française et de qualité, cela m'a donc permit de faire un achat responsable tout en me faisant (très) plaisir à prix réduit (Arnaud Montebourg serait si fière de moi).


Car oui, depuis quelques temps maintenant je réfléchis de plus en plus avant d'acheter, du moins j'essaie de résister à la fast-fashion, aux articles de qualités médiocres et au méthodes de productions douteuses. Mais n'ayant pas hérité de la fortune des Rotschild ce n'est pas toujours possible d'investir dans des vêtements éthiques et de qualités car de fait, ils sont souvent beaucoup plus onéreux.

Néanmoins, grâce aux dernières soldes j'ai également pu investir pour moindre coûts dans un jean en coton bio. Je ne le savais pas, mais depuis quelques temps, toute la gamme en denim de chez Monki est réalisé en coton bio ! Alors quand j'ai vu que certains étaient soldés sur Asos, j'en ai profité (surtout que ceux que j'ai commence vraiment à être usés).
Je vous avoue que pour celui ci, il ne restait qu'une taille donc c'est un peu sans grande conviction que je l'ai commandé. J'étais persuadée qu'il ne m'irait pas : j'avais déjà eu l'occasion d'essayer des jeans Monki en boutique et impossible de comprendre leur taille, et surtout je désespérais de me trouver un mom jean. Tous ceux que j'avais essayé était soit trop grand au niveau de la taille, ou sinon trop petit pour passer au niveau des cuisses...
Alors quelle ne fut pas ma surprise et surtout ma joie quand celui-ci tombait parfaitement ! J'étais d'autant plus ravie puisque comme je vous le disais, il est en coton bio. Et puis, pour tout vous dire, il est en plus hyper agréable à porter. Il a vraiment tout pour lui, ce petit jean Monki.


Pour ajouter encore un peu une touche marin à mon look, j'avais glissé sous mon jean un collant bleu avec des motifs ancres que j'avais eu dans une Gambette Box il y a bien presque 4 ans de cela mais que je ne porte que très peu car : j'ai peur de le filer et surtout ce bleu roi est un peu difficile à porter et assumer. J'attends tout de même que les beaux jours reviennent pour essayer de le porter un peu plus souvent, ce p'tit collant marin !

Et à mes pieds, je ne me suis pas trop cassée la tête : mes basiques Converses Blanches que j'avais également acheté durant des soldes d'hiver, il y a deux ans maintenant. Parce qu'honnêtement, existe t-il plus durable et intemporelle qu'une paire de Converses ? Personnellement, c'est vraiment les chaussures que j'use jusqu'au bout et qui me dure bien 5 ans, voir plus, même en les portant quasi-quotidiennement.

Pour cette tenue, et surtout pour mon petit séjour à Marseille, j'avais ressorti le sac Paquetage de ma maman dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois (ici et ici, ou encore ). Sa forme et sa taille sont vraiment parfaites pour partir en excursion et surtout, sa couleur bleue marine s'accordait très bien avec ma marinière et mon collant (tout est dans le détail, oui).


Marinière - Saint James x Disneyland Paris ◇ Jean - Monki
Collants - Gambette Box (mai 2013) ◇ Baskets - Converses
Sac - Paquetage (vintage)



Je tenais une nouvelle fois à remercier Elisa pour les photos : elle arrive toujours à comprendre ce que je veux, ce que je visualise un peu comme ambiance dans ma tête (et c'est pas forcément évident) et souvent le résultat est encore mieux que j'imaginais. De plus, à chaque fois qu'on fait des photos je me dis que c'est mon shoot préféré, et finalement on arrive à en faire un encore mieux après. Et puis je voulais également la remercier pour ce chouette petit séjour marseillais. D'ailleurs, elle a ouvert son blog il n'y a pas si longtemps, alors n'hésitez pas à y faire un tour !


Et vous alors, fan ou pas fan du look marin et de la marinière ?

vendredi 17 février 2017

Les films du mois #12 - Janvier 🎬

C'est avec joie et bonheur que je continue "Les Films du mois" car vous avez l'air de bien les apprécier, et je vous avoue que j'aime beaucoup les rédiger. Je réfléchis un peu pour faire évoluer le format mais mes idées sont encore un peu trop flou.
Bref, toujours est il que j'ai découvert pas mal de film en ce premier mois de l'année dont mon premier coup de coeur de 2017 (eh oui).


Quelques Minutes après minuit (2017) ★★
Un très beau film qui traite de la perte d’un proche et d’accepter de dire au revoir. Quelques Minutes après minuit aborde le « pré-deuil » du point de vue d’un enfant, ce qui le rend encore plus touchant, plus poignant, et parfois encore plus violent.
On ressent et comprends toute la douleur que traverse Connor et on est malheureusement impuissant, on sait, on se doute de ce qui va arriver mais on ne peut rien faire. A part espérer que le monstre-arbre qui vient lui rendre visite, quelques minutes après minuit, saura le réconforter et l’apaiser (le film m’a d’ailleurs rappelé Max et les Maximonstres, avec le fait qu’un enfant s’invente tout un univers, pour affronter et appréhender la vie).

Beauté cachée (2016) ★★☆☆
J’ai enchainé avec ce film tout autant joyeux que le précédent, mais Beauté Cachée aborde lui le deuil des parents face à la perte d’un enfant : pas facile non plus. Bien que l’histoire soit touchante, je n’ai pas été transcendée par ce film qui se voulait je pense être la « comédie/drame » de cette fin d’année comme les américains aiment bien en faire avec différents destins qui se croisent (un peu comme Love Actually, Valentine’s day, tout ça), auxquels je n’adhère pas tant je les trouve niais et clichés au possible. Du coup, avec autant de personnages à traiter et explorer, ce genre de film, a tendance à resté en surface, ce que je trouve regrettable quand il aborde des sujets aussi compliqués que dans Beauté Cachée

Rosalie Blum (2016) ★★
J’ai regardé ce film un peu par hasard, j’avais envie d’une petite comédie légère et ce fut une agréable surprise. Rien de bien fou, l’histoire est sympathique tous comme les différents personnages qui sont étrangement liés. C’était assez intéressant de suivre l’intrigue depuis leurs différents points de vue d'ailleurs, cela rajoutait un peu de rythme au film. Il m’a un peu rappelé Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain sur certains points. Bref un bon petit film réconfortant.

Café Society (2016) ☆☆
Durant le mois de janvier, UGC organise toujours une semaine durant laquelle il repasse les films ayant le plus marqués l’année écoulée, j’en ai donc profité pour voir Café Society qui, il me semble, avait eu pas mal de bonnes critiques. Bon finalement il ressemble à tous les autres films de Woody Allen, et je n’apprécie pas réellement ce qu’il fait. Je ne trouve pas ça amusant les situations dans lesquelles il met ses personnages, en plus de n’y trouver aucun intérêt quelconque. Un film à voir plutôt pour son casting que pour son histoire qui n’a rien d’originale finalement.

Passengers (2016) ☆☆
Grosse déception pour ce film sorti en fin d’année et que j’attendais avec plutôt pas mal d’impatience. Je m’attendais à un film de science-fiction avec pas mal d’action, et UN PEU de romance. Finalement ce fut tout le contraire : beaucoup (trop) de romance pour pas grand chose d’action. Tout est hyper prévisible en plus, et le message véhiculé par le film m’a quand même pas mal dérangé (même si je peux comprendre les intentions du personnage de Chris Pratt). D’ailleurs j’ai trouvé que le duo qu’il formait avec Jennifer Lawrence fonctionnait bien, ils sont assez convaincants en amants en voyage dans l’espace. 

La La Land (2017) 
Enorme premier coup de coeur de l’année pour La La Land. Le film mérite amplement son succès et tout l’engouement qu’il suscite. Néanmoins, je suis contente d’avoir pu le voir en avant-première, le weekend avant sa sortie, car je pense que c’est ce qui m’a permis d’apprécier toute sa beauté et sa poésie.
Je n’avais rien lu à son propos, je n’avais pas regardé de teaser, j’ai simplement vu la BA quelques jours avant de le découvrir, et bien sûr je n’avais pas écouté la BO. Du coup c’était vraiment la surprise totale, j’espérais vraiment qu’il allait me plaire mais je ne m’attendais pas à l’aimer autant.
Durant deux heures, La La Land m’a fait passer par toutes les émotions, de la plus joyeuse à la plus mélancolique. Il ne m’a pas rendu triste, au contraire : je l’ai trouvé beau, plein de poésie et d’espoir, et étrangement très simple au niveau de l'histoire. 
La La Land m’a donné envie de tomber amoureuse, et surtout de continuer à faire ce que j’aime, malgré ce que les autres pensent et les obstacles. Finalement, La La Land nous prouve que l'on peut rêver et réussir, mais qu’on peut aussi réussir et continuer de rêver également.
J’ai beaucoup de mal à poser des mots pour exprimer tout ce que j’ai ressenti devant ce film (et ce que je ressens toujours en écoutant la BO) : à part dire que c’est une explosion d’émotions.

The Fits (2017) ★★☆☆
J’ai été un peu déçue par ce film, le synopsis donnait pourtant envie mais je n’ai pas vraiment compris où l’histoire voulait en venir. Je suis en plus restée sur ma faim, puisque nous n'avons, en fin de compte, aucune explication quant à l’épidémie/virus qui touche l’équipe de danse.
J’ai néanmoins apprécié que le film mette en avant des personnes de couleurs, qui plus est, des femmes ! Le casting est top, et j’espère revoir l’actrice principale par la suite.

Un Sac de Billes (2017) ★★
Je ne sais pas pourquoi je m’entête à regarder ce genre de film qui me met dans un état pas possible ensuite.
Un Sac de Billes traite de la Shoah mais cette fois du point de vue de deux enfants fuyant Paris et la zone d'occupation allemande à cette époque. On suit ainsi Joseph et son frère Maurice qui tente de rejoindre le sud de la France où ils doivent y retrouver leur famille et pensent ainsi y être plus à l’abris en tant que Juifs. Malheureusement tout ne va pas se passer comme prévu, et ils vont devoir par tous les moyens cacher leur identité religieuse. L’histoire vraie de ces frères est portée par le duo de jeunes acteurs qui sont très attachants et à mon avis prometteur.


On commence fort cette année du point de vue cinématographique avec huit films découverts en janvier dont un gros coup de coeur, mais aussi de jolies découvertes. La plupart des dernières sorties m'enchantent en plus, donc j'espère continuer sur cette lancée !

Et vous alors, de belles découvertes ciné en ce début d'année ?

mardi 14 février 2017

Les Melted Matte de Too Faced 💄✨

Pour Noël, j'ai reçu deux rouges à lèvres de la gamme Melted Matte de Too Faced que je vous avais rapidement montré dans l'article où je vous parlais un peu de Noël justement et des cadeaux que j'avais reçu à cette occasion (ici).
Ce sont les premiers rouges à lèvres de la marque que je teste et après bientôt deux mois d'utilisation presque quotidienne, j'avais très envie de vous en parler plus, tant je les aimes.


Déjà rien qu'au niveau de l'application, c'est un bonheur. Je ne suis pas la plus douée pour ça, et je ne sais pas si c'est l'embout en angle et/ou la texture crémeuse du ràl, mais il est difficile, voir quasi impossible, de se rater. Le pinceau glisse sur les lèvres, c'est presque un jeu d'enfant de dessiner leur contour. Et même si ce n'est pas parfait, il est assez facile de se rattraper.

Comme je vous le disais, la texture est hyper crémeuse ce qui laisse le temps de bien répartir la matière sur les lèvres avant que le rouge à lèvres ne sèche et devienne matte. De plus, sa formule est enrichi en huile d'avocat, ce qui permet que même une fois matte, les lèvres ne tirailles pas. Au contraire les Melted Matte vont hydrater en plus de protéger les lèvres.
Et après avoir sécher, l'effet matte est au rendez-vous, avec pour les couleurs foncés (du moins le Bend & Snap!), un effet un peu velours très joli. Et surtout, la pigmentation est au rendez-vous.


Pour ce qui est de la tenue, je crois que ce sont les meilleurs rouge à lèvres que j'ai pu tester jusqu'à présent. Elle n'est pas infaillible, malheureusement (après un repas il faudra faire des petites retouches au centre des lèvres) mais franchement, existe t-il des rouges à lèvres qui tiennent vraiment 24 h ? (si c'est le cas, j'aurai un peu peur de l'état de mes lèvres ensuite). Too Faced nous promet "une longue tenue" et les Melted Matte font le job : ils ne bavent pas, et ne bougent quasiment pas. J'ai même parfois du mal à les démaquiller totalement, c'est pour vous dire...

Et puis bon, je sais bien que l'habit ne fait pas le moines, je n'étais pas spécialement fan du packaging au premier abord, finalement je m'y suis fait et je les trouve plutôt jolis. Ils ont un côté sophistiqué dans leur tube transparent tout en ayant un côté un peu original et décalé qui caractérise Too Faced. D'ailleurs, le format un peu "plat" permet de les glisser facilement dans une trousse à maquillage ou dans le sac à mains ! 
Et puis, j'adore aussi le touché un peu velours sur les boîtes en cartons qui rappellent le fini laisser sur les lèvres par les Melted Matte.


Au niveau des teintes, il s'agit de deux totalement à l'opposée. Tout d'abord Child Star, un joli nude qui tire vers les beiges. C'est pour l'instant celui des deux que j'ai le moins utilisé car il à tendance à me faire une petite mine si je ne rehausse pas mon teint et surtout mes yeux. 
C'est mon premier nude de ce type (j'ai plutôt l'habitude des rosés), il faut donc que j'apprenne à l'apprivoiser suivant mes make up.


Et puis il y a Bend & Snap! un super rose framboise qui une fois matte devient foncé et qui, au contraire de Child Star, s'accorde très bien avec mon teint un peu pâle de l'hiver (je trouve en plus qu'il fait ressortir mes yeux). C'est devenu mon to-go rouge à lèvres de cette saison, c'est pour vous dire combien je l'aime.


Bref, je suis vraiment ravie de ces rouge à lèvres qui valent carrément leur prix. Ils laissent un joli fini matte, sans dessécher les lèvres, et leur tenue est on ne peut plus correcte. De nouvelles teintes doivent sortir au printemps, dont une qui me fait particulièrement envie, il me tarde donc qu'elles débarquent en France. 

Il y a d'ailleurs pas mal d'autres produits de la marque Too Faced qui me font de l'oeil (dont cette palette). La marque peut sembler un peu onéreuse, mais je trouve que par rapport à d'autres, elle reste accessible et surtout de qualité, en plus d'être cruelty-free.