vendredi 23 juin 2017

Bonne adresse : Hank Vegan Pizza 🍕🍴

Cela fait maintenant deux ans que j'ai décidé d'arrêter de consommer de la viande, progressivement, doucement mais sûrement pour arriver aujourd'hui à l'avoir totalement éliminer de mon alimentation. Et si au début, parfois cela me manquait un peu, je m'y suis totalement habituée jusqu'à en être totalement indifférente (bon même si parfois ça me dégoûte clairement).
Parfois les gens pensent que c'est difficile de changer de régime alimentaire, que sans viande on ne mange plus rien : "mais comment tu la remplace ?!", alors que bien au contraire, je trouve que cela me facilite beaucoup plus la vie. Et surtout, devenir végétarienne m'a permis de découvrir et redécouvrir énormément de saveurs et d'aliments (notamment les épinards, que j'avais toujours eu en horreur depuis toute petite).


Toujours est-il que lorsqu'il s'agit de sortir avec des amis, j'appréhende parfois un peu qu'on aille dans un restaurant où il n'y a pas forcément d'option végé (j'aime bien stresser pour rien). Pourtant de plus en plus d'adresses adaptent leur cartes avec au moins une option végétarienne, voir parfois vegan. Et surtout de plus en plus d'adresses totalement vegan ouvrent leurs portes depuis quelques temps, c'est le cas de Hank avec ses deux adresses parisiennes : HankBurger et HankPizza.

J'avais beaucoup entendu parlé de HankBurger, mais fin d'année dernière c'est chez le tout nouveau HankPizza que nous avions décidé d'aller avec une amie, et j'avais beaucoup aimé : aussi bien le lieu que la nourriture. Du coup quand Clémentine et Elisa m'ont dit qu'elles n'y étaient jamais allées mais qu'elles avaient très envie de tester, nous avons profité d'une soirée où nous nous retrouvions toutes les trois pour y aller.


C'est tout d'abord HankBurger, qui a ouvert ses portes en janvier 2014, un restaurant 100% végan dédié aux burgers au coeur de Paris, dans le quartier du Marais. Puis, fin août 2016, tout près du premier restaurant, Hank a décidé d'élargir ses horizons culinaire en ouvrant cette fois un restaurant (toujours 100% vegan) consacré à la Pizza !

Le restaurant Hank Pizza comporte une salle à  l'étage, en plus du rez de chaussée pour se restaurer. Avec sa façade rouge, impossible de louper ce repère à pizzavore.


Les parts (généreuses !) de pizza peuvent être acheté à l'unité, ou bien en "petit menu" : pour 12€ vous avez ainsi deux parts de pizza de votre choix avec un accompagnement (une petite salade ou bien un dessert) et pour 16€, vous pouvez prendre une boisson avec le "grand menu".
Sachez également, que tous les jours, une des pizzas est préparée et proposée sans gluten (en plus d'être vegan, bien sûr).
Et si vous n'avez pas envie de pizza, vous pouvez également opter pour une salade (mais leur pizza sont tellement bonnes que je ne les ai pas encore testé).

À la carte, plusieurs choix de Pizza, plus gourmande les unes que les autres dont la classique montagnarde  avec des pommes de terre et des champignons, mais aussi l'Hawaïenne avec de l'annanas et du Tofu (la seule à la carte d'ailleurs avec du tofu) ou encore Le Costaud, avec une base sauce tomate garnie de courgettes et aubergines grillées, ainsi que d'artichauts. 
Il y a également la pizza Touriste qui, comme son nom l'indique, change de recettes au gré de ses voyages et qui renouvellent ainsi un peu la carte !


Nous avions toutes les trois opté pour un "petit menu" avec en accompagnement, une salade pour Elisa, une crème citron pour Clémentine et un cookie pour moi.
En ce qui concerne les pizzas nous nous sommes toutes laissées tenter par des saveurs différentes : Clémentine avait opté pour une part de Dandy et de Montagnard ; Elisa part une part de Montagnard également ainsi que la Touriste du moment (sauce tomate, crème fromagère, artichauts, épinards, champignons et câpres). Quant à moi, j'avais également choisi une part de Touriste accompagnée d'une part de Costaud (les artichauts sur la pizza <3) 
Et nous nous sommes régalés ! Les parts de pizza sont plutôt généreuses, et surtout elles sont bien garnies.
Pour ce qui est de mon dessert j'ai beaucoup aimé le cookie qui était moelleux comme j'aime !

Nous sommes servis sur des planches en bois, c'est assez sympa et cela s'accorde bien à la déco du restaurant : c'est très cosy, très boisée (il y a un espèce de petit terrarium au centre de la salle à l'étage). L'ambiance y est chaleureuse, et on se bien chez Hank Pizza !

D'ailleurs, sachez que le restaurant Hank Pizza se transforme en Hank Café de 15h à 18h, le lieu idéal pour travailler ou se retrouver entre amies autour d'une pâtisserie Vegan et d'un café ou d'un thé (le lieu est en plus équipé du Wifi) !


Après avoir testée et donc approuvée les pizzas, il ne me reste plus qu'à goûter les burgers Hank, dont je n'ai entendu que du bien (et qui m'ont l'air tout aussi bons).


Hank Pizza
18 rue des Gravilliers
75003 Paris
Ouvert tous les jours de 12h à 22h.

dimanche 18 juin 2017

Mes petites lectures #3 📚

Après un mois sans publication, je suis enfin de retour par ici. La fin de mon mois de Mai a été assez chargé et je me suis un peu laissé débordée (what a surprise), et mon mois de juin l'est tout autant.
Je reviens tout de même aujourd'hui pour vous parler de mes trois dernières lectures en date : la suite (et fin) de la trilogie Noss Head, le premier roman de Marie Lopez alias EnjoyPhoenix, et un chouette début de dystopie, Les Pluies.


Résumé : "Je n'avais aucune idée de ce qu'allait devenir ma vie... absolument aucune. J'allais avoir dix-neuf ans dans quelques jours et j'étais devenue ce que je n'aurais jamais dû être. Le destin m'avait surprise, j'étais magnifique, d'une allure renversante. J'aurais pu défier n'importe quelle reine de beauté, mais c'est bien tout ce qu'il me restait... Toute une vie dans la peau de quelqu'un que je n'étais pas, que je détestais.
Et si je me trompais ?
Et si j'étais loin de la vérité et que tout pouvait redevenir comme avant ? Je ne le savais pas encore, mais tout allait être différent."

* * *

Avis : Je vous le disais dans mon dernier post à propos de mes lectures (ici), même si le tome 2 des Étoiles de Noss Head ne m'avait pas emballé plus que ça, avec une fin pareille il m'était difficile de ne pas avoir envie de dévorer le suivant.
Et bien je ne regrette pas car j'ai beaucoup  plus aimé ce troisième tome, malgré une première partie lente, c'est définitivement ma lecture guilty pleasure de ce début d'année.
Une fois de plus j'ai été prise par les aventures d'Hannah et Leith, accompagnés de Darius et de bien d'autres personnages tout aussi attachants, et j'avais envie de tout découvrir rapidement (j'ai néanmoins fait durer ma lecture, juste pour le plaisir).
Le début est un peu lent, on ne sait pas trop où l'histoire va aller et puis ensuite tout s'enchaine avec LA grosse annonce qui peut tout changer pour Hannah qui pensait voir son destin chambouler à jamais. Bien qu'on se doute du dénouement dès l'annonce, je dois avouer que je n'avais pas vu venir le plot final (alors que j'aurais dû m'en douter tellement il semblait évident).
J'aime vraiment beaucoup la relation entre Darius et Hannah, rien que pour ça je remercie l'auteure de ne nous avoir pas pondu un énième triangle amoureux inutile. Et j'ai aussi beaucoup plus apprécié la dynamique entre le personnage de Darius et Leith dans ce tome, qui m'a plusieurs fois fait rire.
Je ne sais pas si je lirais les tomes suivant cependant, car je trouve que la trilogie se suffit à elle-même ainsi, mais je dois avouer que je me laisserai bien tenter si j'en ai l'occasion (peut-être cet été, on verra).
En tout cas, je ne regrette vraiment pas de mettre lancé dans cette saga : les lectures étaient légères et sans prise de tête, la romance, bien que toujours très niaise, aura presque fini par me convaincre (et puis de temps en temps ça ne fait pas de mal, un peu d'amour), et j'ai adoré m'évader et "voyager" en Ecosse (bien que le cadre et les paysages soient beaucoup moins détailler dans ce troisième tome) !

Note : 4/5


Résumé : Une étudiante en architecture, une youtubeuse, une jeune homme trop tranquille nommé Marco, un moniteur d'auto-école et un professeur d'université... Cinq personnages au destins dissemblables vont former un groupe hétéroclite et fantasque à la faveur du permis de conduire.
Tandis que trois générations se mêlent et s'apprivoisent, une camaraderie surprenante grandit entre les candidats ; chacun va se livrer aux autres bien plus qu'il ne l'aurait imaginé. Le passé, les doutes, les regrets, les espérances s'invitent dans l'habitacle de la voiture à double commande.
Leurs différences les poussent à reconsidérer leurs choix et les horizons qu'ils s'étaient fixés. Et le danger de ressortir de l'expérience juste un peu plus perdu qu'avant est bien réel... Mais voici que surgit l'extraordinaire et que s'offre à eux un chemin bien éloigné des codes et des panneaux de signalisation.

* * *

Avis : Il me tardait de découvrir le premier roman de Marie, le résumé me semblait plutôt sympa et surtout la vidéo d'annonce de sortie de son livre m'avait donné envie. Je ne m'attendais néanmoins pas non plus à une grosse surprise, ayant déjà lu #EnjoyMarie sans apprécié le style d'écriture de Marie.
J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire des personnages de ce Carnet de Routes. D'une part car je pense qu'il y en avait trop pour un premier roman et surtout car Marie a voulu utiliser des tournures de phrases trop compliqués, pas du tout naturelle et cela tout au long de la narration.
Narration qui n'a finalement aucun rythme en plus. Il y a un léger suspens quant aux histoires de certains personnages mais pas suffisamment pour que l'on soit plonger dans la lecture.
Je suis l'évolution de Marie sur Youtube depuis un moment maintenant, et on sent/sait qu'elle s'est inspirée de sa vie pour plusieurs de ces personnages. L'écriture de Carnet de Routes a, je pense, été comme une sorte de thérapie pour elle (il me semble qu'elle l'avait sous-entendu dans la video de l'annonce de sa sortie). Pour un premier roman il n'est pas si mauvais, il y avait de bonnes idées, mais comme la plupart l'ont souligné dans les critiques que j'ai pu lire, il y avait trop de personnages pour que leur personnalité et histoires soient approfondies. L'histoire est trop fouillie, il y a trop de descriptions et détails qui n'apportent rien à l'intrigue, et le fantastique tombe un peu comme un cheveux sur la soupe...
Je ne suis d'ailleurs pas très sûre d'avoir compris la fin (qui m'a donc laissé sur ma faim). C'est dommage car comme je le disais il y avait de l'idée et de la motivation pour ce "carnet de routes", auquel je donne quand même la moyenne.

Note : 2,5/5



Résumé : Kosh sortit sous le déluge, courut le long de la rue nationale. Les rares voitures en stationnement avaient déjà de l'eau au ras de leurs caisses. Le courant était fort. Quand il arriva au nord du village, il comprit que c'était foutu. Il n'y avait plus de pont, ici non plus. Le tablier, le parapet apparaissaient encore parfois dans la boue écumante. Rien de plus. L'eau rugissait et roulait à hauteur du haut des digues. De l'autre côté, sur l'autre rive : plus de prairie, plus d'herbe - juste un fleuve immense large comme un bras de mer.

On est coupés du monde...
Il revint en courant vers la maison. Que faire ? L'eau pouvait-elle monter jusqu'aux étages ?
- On va à l'église. Suivez-moi !
- À l'église ? demanda Lou.
- Ouais, dans le clocher. C'est l'endroit le plus haut du village... Pressez-vous, l'eau arrive... //

Kosh n'a jamais vu les yeux de Lou dans le soleil : depuis maintenant quatre mois, il pleut. Une pluie serrée, violente, une pluie de mousson qui parait blanche la nuit dans les phares ou la lumière, et fait un voile gris sur toutes choses, le jour, à plus de quelques mètres. Le phénomène, inexplicable, échappe à toute logique, à toute prévision, à tout modèle, à toute saison. 
Mais Kosh n'a pas besoin de voir le soleil les éclairer pour savoir que le vert des yeux de Lou est menthe à l'eau. Et qu'ils sont la plus belle chose qu'il ait jamais vue. Surtout lorsqu'elle sourit. Qu'il la fait sourire. 
Kosh a promis à Lou que rien ne les séparerait. Jamais. Lorsqu'ils évacuent leur village, que les réfugiés se battent pour prendre place dans les derniers bateaux, pris de panique à l'idée qu'il s'agit du dernier espoir de s'en sortir, Kosh est arraché à Lou. "Survis ..." la supplie-t-il. "Survis, et moi, je te retrouverai".

* * *

Avis : J'ai eu très envie de me replonger dans ce genre de roman un peu dystopique et catastrophe et mon choix s'est portée sur Les Pluies, le premier tome d'une série annoncée. Et j'en suis ravie car cela faisait bien longtemps que je n'avais pas été prise dans une lecture, que j'ai eu beaucoup de mal à lâcher.
Ce premier tome peut sembler un peu long au premier abord car il plante le décor du monde de Kosh. Un monde complètement transformé et chamboulé à cause de pluies torrentielles qui tombent depuis maintenant des mois. Forcé de partir de chez lui, Kosh se voit ainsi être "le chef" et responsable d'un petit groupe d'infortune composé de son petit frère, sa meilleure amie, ainsi que le frère et toute petite soeur encore bébé de celle-ci.
On ne sait jamais vraiment quand, ni comment cette Odyssée moderne va se poursuivre. Il y a toujours un rebondissement au moment où l'on s'y attend le moins, un petit moment de suspens, ce qui fait qu'on a d'autant plus pris dans l'histoire et qu'on a envie de dévorer ce livre pour en connaitre le dénouement.
L'attente pour le tome 2 va désormais être un peu longue mais il me tarde de connaitre la suite des aventures de Kosh et ses amis !

Note : 4/5


Je commence déjà à préparer ma pile à lire pour cet été car c'est durant cette période que je lis le plus (trop hâte de passer mes après-midi à lire dans mon jardin en Auvergne). Je suis tout de même déjà bien contente car, cette année, j'ai pour l'instant réussi à avoir un bon rythme de lecture (j'ai même upgrader mon challenge Goodreads !), et surtout je lis différents genre aussi bien des romans, mais aussi un peu plus de BD et surtout je me force à lire quelques documentaires.
Même si je ne vais plus à la fac, je me rends compte que cela me manque de ne plus consulter régulièrement ce genre d'ouvrages et d'en apprendre toujours un peu plus sur certains sujets. Alors certes, cela reste moins prenant qu'un roman, mais j'alterne et cela me permet d'ailleurs de ne pas trop entrer dans une routine lecture un peu boring. Que du positif, donc !

Et vous, vous lisez quoi en ce moment ?